Présentation

Ma peinture est très imprégnée de nature – sans chercher consciemment à les inclure, l’eau, le ciel, la végétation révèlent souvent leur présence dans la toile, pour peu qu’on les y trouve. Ma peinture naît d’un mot, d’une phrase, d’un vécu, ou d’une simple envie de travailler une couleur plutôt qu’une autre. Ensuite vient la construction de quelque chose qui se doit d’être intéressant pour une raison ou pour une autre mais qui peut sembler sans lien avec l’impulsion originelle. A chacun, à chacune, de trouver son propre point d’intérêt dans la contemplation de ma peinture. Je crois à la liberté, pour le spectateur, de se créer des images en écho aux images que lui tend l’artiste, et rien ne me fait plus plaisir que de découvrir que là où je vois un port ou une forêt, un autre voit un château ou un intérieur ! En quoi j’adapte ce que Stravinsky a confié un jour à Belà Bartók :

Moi je prodigue du sens (un rythme, une harmonie, un espace qui, en s’appropriant des couleurs, se convertit en impressions), mais je ne suis pas maître de la signification : elle est à inventer, alors, ami qui m’écoutes ou qui me regardes, laisse parler ton imagination, elle te suggèrera des interprétations, ou des transpositions, bien plus pénétrantes que tout ce que je pourrais te proposer, parce qu’elles remonteront de ton moi intime.’*

 

* lettre de Bartók à son épouse in « Bartók », Claire Delamarche, p. 438 (Fayard, 2012)


 

My painting

Nature tends to be very much part of my painting even though there is rarely an initial intention to ‘paint nature’. The observer will often see watery landscapes with endless skies or forests, rocks and ruins. Yet mostly my painting is sparked by a word or sentence, something I’ve experienced, or simply a desire to use a particular colour. And then the work of composition begins, with the objective of creating something that has to be interesting in some way. The end result may have no apparent link with that initial spark! Up to the observer, then, to interpret freely and find what they want to see in my art. When a painting is finished, I might see in it a harbour or a forest; I love it when someone else sees a castle or the inside of a room! Stravinsky once said to Belà Bartok,

“I show the way – through rhythm, harmony, a space where tones become impressions – but I am not the master of meaning. The interpretation of meaning lies with the listener or beholder. So, dear listener, let your imagination speak to you: it will suggest interpretations and transpositions infinitely more interesting than anything I might come up with because it will speak to you from deep within yourself.” *

 

* letter from Bartok to his wife in ‘Bartok’, Claire Delamarche (publ. in French, Fayard, 2012 – my own translation for this passage)